Numerus clausus : les facs qui stagnent et celles qui progressent

Numerus clausus : les facs qui stagnent et celles qui progressent

11.01.2017
  • .

En novembre dernier, Marisol Touraine avait annoncé à l’Assemblée une nouvelle hausse du numerus clausus dans certaines universités. Ce sont finalement 448 places supplémentaires qui sont accordés pour un total de 8124 places en deuxième année.

Un décret désigne aujourd’hui les facultés qui vont en bénéficier. Mesure décidée lors de la Grande Conférence de santé l’année dernière, les hausses du numerus clausus sont en effet désormais régionalisées. En 2015 déjà 131 places...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 5 Commentaires
 
MICHEL F Médecin ou Interne 12.01.2017 à 14h43

« Super logique .....pas d'augmentation en région centre qui est une des pires régions pour les déserts médicaux + 26 % pour des régions beaucoup plus favorisées cherchez l 'erreur..... »

Répondre
 
BRIGITTE L Autre Professionnel Santé 12.01.2017 à 11h45

peut-être que certains médecins se déconventionneront enfin, les charlatans demandent 50 euros minimum la consultation, et leurs cabinets sont pleins... Un bon généraliste peut faire encore mieux

Répondre
 
JEAN LOUIS I Médecin ou Interne 11.01.2017 à 21h15

« Rendez-vous dans 10 ans, tous fonctionnaires de la CPAM, 35-40 heures, plus de gardes, pas d'urgences mais que des gens pressés qui peuvent attendre, fermés à 17 heures et les ouiquendes, prescrivan Lire la suite

Répondre
 
PATRICE L Médecin ou Interne 11.01.2017 à 20h32

Et puis cela vient tomber, je vais donc devoir voir tous mes vieux insomniaques tous les mois, ben oui, je suis un coupable car je leur faisait une ordonnance de renouvellement sans les voir pour du Lire la suite

Répondre
 
PATRICE L Médecin ou Interne 11.01.2017 à 20h18

Ben oui allez y augmentez le numérus clausus... En 1982, il y avait sur NANTES 136 places pour environ 1200 inscrits. C'est tombé à 79... juste pour médecine et dentaire. A ce jour c'est 214 pour Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
OMS

Résistance aux antibiotiques : les 12 bactéries les plus menaçantes selon l'OMS

Alors que l'union européenne a annoncé pour l'été un nouveau plan d'action sur la résistance aux anti-microbiens, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) vient de son côté de publier une liste de...Commenter

Enquête10 ans de spécialité en médecine générale : qu'est-ce qui a changé pour vous ?

Enquête - 10 ans de spécialité en médecine générale : qu'est-ce qui a changé pour vous ?-0

Voilà dix ans, les premiers spécialistes en médecine générale sortaient de l’internat. Et dans la foulée, un vaste mouvement de validation... 19

La plupart des Français favorables à une recertification de leur médecin traitant

diplôme

Les Français sont très attentifs aux propositions en matière de santé des candidats à la présidentielle. Cette tendance, qu'indiquait déjà... Commenter

GynécologieL’IVG MÉDICAMENTEUSE EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Gynécologie - L’IVG MÉDICAMENTEUSE EN MÉDECINE GÉNÉRALE-1

En 2015, la majorité des IVG réalisées en établissements sont médicamenteuses et la part de celles pratiquées en ville ne cesse... Commenter

Métabolisme INTERVENTION BRÈVE ET OBÉSITÉ : ANTICIPER SANS HEURTER Abonné

Métabolisme  - INTERVENTION BRÈVE ET OBÉSITÉ : ANTICIPER SANS HEURTER-1

Comme pour le tabac, une intervention brève auprès des patients obèses est (peu) efficace. Leur proposer de l’aide sans qu’ils soient... Commenter

A découvrir